Quand on est enceinte, on se frotte inévitablement à tout un tas de conseils plus ou moins avisés, plus ou moins académiques, plus ou moins obligatoires…Il y a souvent notre instinct de maman qui nous dit quoi faire, surtout quand c’est le deuxième bébé mais reste quand même un petit parcours du combattant à mener si on ne veut pas se faire (trop) marcher sur les pieds. Quelques exemples de situations vécues.

1) ne jamais boire d’alcool pendant la grossesse sous peine de voir naitre un enfant dégénéré/avec trouble du comportement/défiguré… Je ne pourrais pas démentir car ça m’a tellement foutu la frousse que je n’ai effectivement pas ingurgité une goutte d’alcool ou quoi que ce soit d’autre lors de mes deux grossesses, y compris malgré les incitations des proches qui ne voient jamais où est le mal à se faire du bien (oui, mais ils n’ont pas de bébé dans le ventre, eux et donc aucun risque qu’on leur reproche après la naissance!!!)

2) L’allaitement ou les bibs? A chaque fois, j’ai choisi l’allaitement. Pas par culpabilité mais bien parce que je suis convaincue que c’est le lait maternel est de loin meilleur que les ersatz fabriqués en pots. Mais bon, à chaque fois, ça n’a pas marché… Je pense que je n’étais pas assez motivée quand même entre dormir et donner le sein toutes les deux heures. Car oui, quand on donne le bib, on dort vraiment beaucoup plus, ne serait-ce que parce que n’importe qui peut prendre le relais… Alors à la maternité quand elles m’ont dit vous êtes sure que vous voulez arrêter parce que vous allez culpabiliser après … Mon sang n’a fait qu’un tour et je leur ai dit que je ne culpabiliserai jamais de voir mon bébé repus et sa mere reposée en échange d’un bébé qui hurle de faim devant mes seins endoloris et tous secs, et une maman épuisée. La puer n’a plus rien dit et elle m’a ramené un biberon. En entrant dans la chambre elle m’a quand même sorti : je ne comprends pas pourquoi vous avez voulu allaiter pour arreter au bout de deux jours… J’ai dit « c’est comme ça »! (Laisse c’est pas grave, tu comprendras un jour si t’as un gamin…)

3) A la mater, on nous a dit : plus besoin de stériliser, sauf la première fois après l’achat. Sur le coup j’ai pensé « chouette! Moins de boulot! » Puis après je suis rentrée chez moi. J’ai tout bien nettoyé puis stérilisé puis seulement nettoyer. Et là je me suis dit : merde ça se trouve je suis en train de l’empoisonner (surement une fois où ses selles étaient plus molle qu’à l’accoutumée…). Que fait-on dans ces cas là? On fonce sur internet et on regarde les milliers d’articles, de forums, de recommandations et on lit tout et son contraire. Quant à savoir quel est le risque réel encouru en cas de non stérilisation des bibs, je n’ai pas trouvé un article clair et précis. En gros, si ton bébé ne tombe pas malade, on te dira qu’effectivement, la stérilisation c’est une pratique désuette mais si ton bébé choppe un truc chacun saura te reprocher de ne pas avoir pris 12 minutes par jour pour protéger bébé des bactéries qui, c’est pourtant évident, sont présentes sur chaque centimètre carré du plan de travail de ta cuisine.

Je peux aussi développer sur « quoi?tu as dormi avec bébé dans tes bras??? » « quoi?tu ne lui donnes un bain que tous les deux jours ? » (oui , je sais c’est la loose, je suis TRooooooop fatiguée!!!) Mais je vais profiter du temps qu’il me reste pour me reposer un peu avant le prochain bib 😉

Publicités